Le développement des monnaies locales et complémentaires depuis la fin des années 1990 approfondit les liens sociaux tissés par l’action citoyenne pour régénérer les territoires. On recense plus de 4000 dispositifs en 2013 dans plus de 50 pays du monde, avec une nette accélération de leur développement depuis 2008. Cela n’a rien d’étonnant : la crise financière globale a renforcé le besoin pour les citoyens de se réapproprier un bien public censé répondre aux besoins de la société, la monnaie. Or celle-ci ne remplit plus ce rôle. La monnaie créée par les banques n’est plus au service de l’économie « réelle ».

Voir aussi :

Sur le même thème

Share

Auteur de l'article : Jean-François Ponsot, économiste atterré

Crédits : cette courte citation est relayée depuis un autre site à titre d'information.