Journalisme constructif, journalisme de solution, « impact journalism », disent les Anglo-Saxons, pour ne pas dire positif…

Bizarre, non, de devoir qualifier le journalisme que l’on pratique ? Du journalisme à contre-emploi, jugera-t-on, si l’on se réfère à la trop fameuse formule d’Albert Londres, encourageant la presse à porter la plume dans la plaie : dans les plaies du monde, les plaies lointaines qu’on pourrait ne jamais voir, les plaies toutes proches que certains s’emploient à masquer pour ne pas être reconnus responsables.

Bref, le journalisme de solution, constructif, ne serait pas du vrai journalisme, à la hauteur de sa noble mission ; ce serait un « journalisme de parti pris », selon les mots de l’auteur d’un essai sur «  les défricheurs », Eric Dupin, lors d’un débat.

Sur le même thème

Share

Auteur de l'article : Dominique Quinio, Directrice de la Croix de 2005 à 2015.

Crédits : cette courte citation est relayée depuis un autre site à titre d'information.